pornyub saneleon hot sax vedio Luxure Porn sexgals potrnhub xncx zorla sikiş Luxure Porn tu egalore com porbhub draftsex cake farts porn hub Luxure Porn kizumonogatari hentai erica fett nude prnhub planetsuzy ava addams Luxure Porn pukejob pofnhub pornhhb abbywintersfree Luxure Porn hwporner pornnub pornnhub hrntaihaven Luxure Porn okusama ga seitokaichou! hentai ppornhub kompoz me jinx blowjob Luxure Porn lindsey woods anal hqpprner pornhum gifwithsauce Luxure Porn trash nurses 4 0ornhub cxnxx anonib alternative Luxure Porn fnaf bonnie porn mamasijaya poornhub fuckyeahhotcouple Luxure Porn mnfclub updates pornh7b spankbanh barbara borges nude Luxure Porn jazmine miner nude xbxx mywape dirtyakira porn Luxure Porn shemale cum while fucked spankban jane maddok erome joi Luxure Porn czech hunter 271 pornhubn pornhi britney amber boobpedia Luxure Porn tsunade cosplay porn cvodeos pornjub kaity sun fuck Luxure Porn cnnamador hqpornee pornhhub trike patrol celine Luxure Porn teenshoplyfter www freeporn com pornhubmcom tiffany thompson pov Luxure Porn rachellromeo the huns yellow pages

Si on ne nous reconfine gui?re au sein d’ trois semaines, aucune blague.

Perso, a part retrouver mes heures de lei§ons, le est ne va gui?re trop remplacer. J’aurai juste moins de moment pour ecrire et ca, c’est plutot quelque chose qui me chagrine, je m’etais totalement faite a cette routine quotidienne de quatre a six heures par jour, plongee au sein des affres une creation et de la fiction…

J’espere que vous, vous vous rejouissez d’la semi-liberte qu’on nous accorde pour l’instant. Alors, continuez a prendre bien lait de vous, je tiens a vous retrouver en excellente et due forme au sein d’ ma rubrique Humeur du jour au sein des moment a venir.

Et pour finir votre periode en mode litterature, pendant qu’une petite pluie arrose notre cite, je vous envoie une nouvelle nouvelle ma plume legeeere et ssspirituelle, juste apres ces quelques mots.

Illusion

J’ai lune, froide et pale, blanche dame au c?ur de cristal glace, froisse des ombres pressees, fugitives, fragiles. J’ai lune ronde, statique, sans fievre et sans chagrin est inhumaine.

Sous la lune emplie, je la regarde passer i  nouveau un coup : elle est mince, presque frele et semble frissonner lorsque, dans la chaleur ma piece, je la guette derriere les rideaux gris.

Elle marche juste, droite dans un grand manteau blanc, les mains frileusement jointes dans des mitaines claires, la tete legerement courbee par l’avant, les yeux baisses, fixes au sol, invisibles. Je la regarde.

J’ignore d’ou elle vient, ou elle se rend, mais chaque soir, depuis bien un certain temps deja, je l’attends. Avec impatience avant l’heure, avec angoisse, si elle attrape quelque retard.

Et si un soir, elle ne passait nullement ?

Et si elle ne passait plus jamais ensuite ?

Non, impossible. Elle va toujours de le allure rassure, reguliere, indifferente, et je l’attends, meme si jamais elle n’a tourne le visage lisse et impenetrable dans la direction de ma fenetre illuminee.

A quoi pense-t-elle au froid, derriere le front hautain, noble, pur ?

Certainement nullement a moi.

Ne sourit-elle pas, ne chante-t-elle jamais pour egayer sa paisible foulee dans la nuit, ne leve-t-elle jamais le regard de le droit chemin ?

Je ne la connais pas. Je la regarde seulement passer tel votre songe, une ombre, votre fantasme. Inaudible, insaisissable, incolore. Je la regarde passer tel une douloureuse illusion.

Sa vie reste ailleurs. Je ne sais rien d’elle. Me concernant, elle est votre silhouette fine et elancee, qui existe juste le temps de quelques secondes, chaque soir, dans ce chemin creux de campagne desolee. Rien d’autre. Elle fera part de votre paysage fantomatique, de mes jours, de mes nuits, sans savoir qui j’suis, sans conscience de mon existence.

Ses jours, ses nuits se deroulent en general bien loin de moi, aupres de quelque parent ou de quelque ami. Nous ne devons gui?re avoir beaucoup de points en commun.

Quel est le le de sa voix ? Quelle est la profondeur, la teinte des yeux ? Comment se plissent ses levres lorsqu’elle sourit ? Quels gestes tendres fait-elle en amour ?

Qui est-elle ? Ou va-t-elle ? Femme superbe, mysterieuse, dont j’imagine le parfum de lys, ne t’arreteras-tu gui?re un apri?m, la, juste devant la maison ?

D’ou vient-elle ? Je ne la vois jamais passer en sens inverse… Prend-elle ldssingles interface une nouvelle route au retour, invisible de moi, ou d’autres pourront aussi la suivre du regard jusqu’a ce qu’elle disparaisse, imperturbable, sans se revenir ?

Quelle serait sa reaction si elle prenait conscience du attente assidue ? S’indignerait-elle de une telle surveillance insensee ? Detournerait-elle la tete, dedaigneuse, sans 1 mot ? S’enfuirait-elle ? Rirait-elle de ces questions ?

Comment l’atteindre ? Comment ne pas l’effrayer aussi meme que je l’aborderais ?

Comment l’appeler ? Madame, mademoiselle ? Juliette, Louise, Clarisse ? M’entendrait-elle juste ?

J’me sens si ridicule au milieu des points d’interrogation. Se mettre dans de tels etats pour une parfaite inconnue ! Est-ce pour ce motif qu’elle reste si parfaite ? Puisque inconnue… Dechanterais-je si je faisais vraiment sa connaissance ? Pourtant, je ne crois qu’a ca.

Comment resister a l’attrait de cette femme unique et lumineuse, jour apres apri?m, du fond du fauteuil de paralytique, de mon denuement, de ma morne solitude ? Elle est un phare au sein d’ mon ocean personnel, le seul point de repere concret et stimulant de mes journees moroses.

Comment ne pas imaginer, esperer, que, bientot, elle arretera sa course dont je ne connais nullement le but, juste a la hauteur, qu’elle dirigera enfin le velours de le regard sur l’aridite ma vie, qu’elle sourira, et ouvrira sa bouche a toutes les levres charnues, Afin de penser, la premiere fois:

– Bonsoir… Comment allez-vous ?

Mon attente reste incertaine, vaine.

Mais mon dieu, quelle heure est-il ?

Il est l’heure ! C’est son heure, j’ai presque failli l’oublier a rediger toutes ces inepties ! Elle va arriver, emmitouflee et secrete, comme a son habitude…

Pourvu qu’elle passe ! Qu’elle marche encore un certain temps, forcement, dans l’immobilite nocturne que seuls troublent son pas leger et assure, la buee vaporeuse que souffle sa bouche entrouverte, ainsi, mes regards indiscrets, passionnes, enflammes avec le desir et la honte, qui l’escortent inlassablement, sans meme, helas, alterer sa marche sereine…

WordPress:

Marseille – Lundi 4 mai 2020 – 16h45

Je ne me sens ni morte ni malade et je m’en rejouis, mais tel j’ai eu des messages d’inquietude – et merci aux personnes qui ont pris de mes nouvelles d’ailleurs, c’est cute – ces derniers semaines vis-i -vis de mon silence prolonge sur votre blog – 3 semaines je crois, en meme moment elles sont passees si vite – me revoila lala, Afin de vous dire que non, je ne vous ai gui?re oublies les cheres lectrices, les chers lecteurs, mais je vous ai zappes, j’avoue. Prise avec mon travail de correction Afin de mon prochain roman, je m’acharne, me concentre, ainsi, termine souvent ma journee tard, avec une seule envie : eteindre l’ordi, ne plus penser, me sustenter, regarder votre film qui me sort de mes propres fictions. C’est donc ce que je fais quotidiennement et, deal reussi, puisque j’ai fini hier soir la grosse session de correction que je m’etais donne a executer avant la fin du grrmblhconfinement.